Je la vois garnir sa robe de plaisirs, avec un rouleau de pâte d’abricot

Cette année, je cuisine. Cette fois, je précise l’année parce que la semaine seulement, ça va faire court.

macaron-2017

Ce billet fait partie du défi « Cette année, je… »

Dans ce que j’aimerais cuisiner dans l’année à venir, voilà ce qui me tente là, maintenant. Pour moi, cuisiner, c’est jouer au petit chimiste, expérimenter, découvrir, apprendre, et bien sûr…me régaler !

J’ai passé une bonne partie de mon congé maternité avec Bébé Geek à pâtisser. J’ai énormément progressé. Il se trouve que j’ai maintenant un panel de recettes éprouvées, qui vont du « truc qui se mange avec les doigts » au « dessert pour fête spéciale mais sans gluten » dans mes tablettes. J’ai tout de même envie de rajouter des cordes à mon arc. Surtout au niveau des goûters des enfants, faire des biscuits me plaît bien.

Mes principaux freins sont le manque de préparation : il faut du temps disponible sans interruption, pour essayer des nouvelles choses, et également, les bons ingrédients !
J’ai hésité un peu avec les Micro-ondes de Chanson Plus Bifluorée dont j’apprécie l’humour, et  la chanson du cake d’amour de Peau d’Âne, pour finir, le titre de mon billet, très classique, fait partie des paroles de la chanson « Dame Tartine ».

De la guimauve


Pour réaliser de la guimauve, il faut chauffer en contrôlant la température. Evidemment, je ne possède pas (encore) de thermomètre de cuisine. Il faut également du sirop de glucose, et cet ingrédient n’est pas disponible partout. Bref, il me faut un peu de temps et d’accessoires à acquérir avant de pouvoir en faire.

Des macarons


Tout le monde en a déjà fait, semble-t-il, en tous cas, c’était très populaire à un moment. J’ai toujours eu peur de les rater, vu comme c’est complexe. En fait, j’en ai fait une fois avec un kit, c’était pas mauvais mais sans le coté délicieux du macaron.

Des plats véganes

pc3a2tc3a9-en-croute-champignon-3

Pâté en croûte aux champignons, crédits: Sweetnessandmore

Par exemple, cette poutine végétalienne, qui promet d’être calorique et réconfortante, ou le pâté en croûte aux champignons, sans oublier la saucisse végétalienne briochée qui promettent des picnics délicieux sans cruauté animale. Cela a l’air fameux !

Evidemment ces plats nécessitent soit un tour de main inconnu, soit des ingrédients nouveaux. C’est ce qui m’a freinée jusqu’ici.

La cuisine du congél au four

no-bake-lasagna-for-the-freezer

Lasagne prête à être congelée, Crédits : New Leaf Wellness

L’idée est de préparer un plat sans le cuire qui se met au congélateur. Pour le consommer, on le cuit directement. Quel gain de temps merveilleux !

Les recettes trouvées sont américaines, il me faut convertir les quantités, vérifier s’il y a des ingrédients à remplacer, bref un peu de boulot avant de me régaler. Pour le moment, j’ai repéré ces lasagnes « no cook » to freeze et ces gaufres, qu’on cuit mais qui sont prêtes à être grillées au grille-pain ensuite, pour des petits déjeuners sereins.

Du brookie

Close up d'un gâteau brookie

Brookie en coupe, crédits : C’est Ma Fournée

Le brownie surmonté d’une couche de cookies : décadent et gras. J’ai croisé plusieurs recettes, de la plus américaine (faux chocolat) à la plus frenchie (des tonnes de beurre).

J’ai fini par opter pour une recette qui semblait équilibrée. Il me faut juste un peu de courage, et une occasion, car je ne vais pas y manger toute seule !

Des shokoladflarn maison

Biscuit haverflarn coupé en deux

Havreflarn de Bernard, Crédits : La cuisine de Bernard

Les biscuits Ikea, aux céréales caramélisées et collés par deux avec du chocolat, vous aimez ?

J’ai dégotté une recette de ces biscuits sur le blog de La Cuisine de Bernard. J’ai donc envie d’en faire. Comme pous le brookie, j’ai besoin de compères, sinon je vais tout manger toute seule…

Des Dinosaurus maison

img_7836web

à gauche, Dinosaurus ; à droite, Jurassique / crédits : La Super Supérette

La Super Supérette propose des copies revues et corrigées des biscuits du commerce. J’adore les Dinosaurus, alors il me faut essayer d’en faire moi-même. Je ne peux donc pas passer à côté des Jurassiques. Il ne me manque qu’un peu de courage, et de temps devant moi !

Des taloas

bidart_taloa

Bidart, fabrication de taloa au marché. Photo prise le 01/08/06 par Harrieta171

Crêpes du Pays Basque, qui jouen un peu le même role que les galettes dans les tacos, on les garnit de salé ou sucré, et on mange avec les doigts. A chaque fois, je pense que c’est une bonne idée, en plus, j’ai une recette de ma meilleure amie à tester, et puis, j’oublie…

Ambitieuse, sûrement et incomplète !

Cette liste est un extrait des mes favoris de recettes enregistrées. Je possède par exemple, un exemplaire du livre « Cuisin’situ » de cuisine de camping autour du monde (voyez un billet sur ce livre), et je compte tester les recettes au chaud chez moi, avant de partir !

C’est quand même des projets concrets, qui prennent parfois du temps et promettent aussi des bons moments. Il ne tient qu’à moi de définir quand tester ces nouvelles recettes sur l’année à venir. J’ai déjà calé un dimanche de cuisine, où je vais sûrement tester des nouveautés, avec ou sans enfants dans les pattes.

Rappelons que je compte aussi refaire les recettes qui sont déjà validées, donc je ne vais pas chômer en cuisine. Surtout que la liste proposée ici comporte beaucoup de sucré, et que j’aime également le salé !

Publicités

Emmène moi au delà des frontières

Reprise de l’écriture, allez hop ! (Le titre est tiré de la chanson de la vidéo, sauras-tu écouter en entier la chanson ?)

L’an dernier, j’ai rapidement abandonné en mai, le défi d’Agoaye. Cette année, je décide que j’irai plus loin ! Je décide, déjà, de participer au nouveau défi d’écriture d’Agoaye. Là, j’ai regardé le thème, réfléchi, et maintenant, voici le texte.

s01

macaron-2017

Ce billet fait partie du défi « Cette année, je… »

Cette semaine, je décide d’arrêter de m’emmerder avec certaines limites que je me pose moi-même.

Et je demande de l’aide !
Je suis spécialiste de m’empoisonner le cerveau, de me poser seule des contraintes. Des personnes gentilles de mon entourage me passent des messages, via des livres, via des réponses, via des commentaires de blog sur comment ils voient la situation et comment une solution serait possible. Ma réaction à ces messages est en général la protestation véhémente que « c’est pas possible » de faire comme on me propose. Evidemment, par la suite, je réfléchis un peu, je constate qu’on voulait juste m’aider, que les conseils étaient en regard de la situation exposée. Et même, il arrive souvent que j’applique les conseils qu’on m’avait prodigués.
Rien que d’écrire cela m’enlève un poids de la conscience. C’est une sorte d’aveu pour moi.

J’ai, par exemple, commandé un agenda pour 2017, que j’ai payé plutôt cher, c’était un crowdfunding. Et au final, il ne me convient pas. Je ne vais pas me forcer à l’utiliser, et j’en ai acheté un autre. Auparavant, je me serais dit que c’était pas possible d’être aussi idiote, et je me serais forcée à l’utiliser.

Pour expliquer sur un exemple plus…impactants, j’essaie de parler de ce que je ressens à mon conjoint, plutôt que bouder dans mon coin. Et c’est un changement, et cela fonctionne mieux. Etonnant, non ? (Parfois, je chauffe l’eau aussi, pour le thé, et cela fonctionne mieux.)

Une décision que j’ai prise aussi a été de mettre en branle un voyage. Depuis longtemps, Papa Geek rêve d’un voyage à une destination particulière. Il veut visiter ce pays en itinérance, d’une certaine manière. Je me suis donc toujours limitée de lui proposer de s’y rendre, car c’était, pour moi, à lui de proposer.
Et puis, j’ai brusqué une opportunité pour y aller. Et puis, Papa Geek me propose de faire garder nos enfants pour cette période et d’y aller que tous les deux. Les modalités du voyage sont décidées : on reste au même endroit, on y reste une petite semaine, et on y va tous les deux. Les modalités sont donc différentes, et je ne lui gâche pas son voyage rêvé.

J’ai également arrêté ma décision, nous allons prendre RV pour gérer la situation familiale avec Micropuce. J’en parle souvent sur Twitter, en gros, cette enfant a beaucoup d’énergie, et nous pompe beaucoup d’énergie. Il est temps de se faire aider.

En gros, j’essaie de penser autrement certaines solutions, ou situations pour trouver les solutions. Plutôt que de me limiter dans mes schémas habituels.
Cela peut paraître ridicule comme décision, et au final, cela l’est peut-être. Mais c’est un grand effort pour moi !

08236124-photo-rise-of-the-tomb-raider.jpg

Calendrier de l’Avent 2016 sans chocolats

Pour céder à la tendance décroissante et anti-consumériste (et aussi parce que l’an dernier, le 4 décembre, les chocolats étaient tous boulottés), cette année, le calendrier de l’Avent était constitué de Surprises.

Schokoladenpilz Adventskalender

Fini les chocolats rigolos et pas très bons du calendrier de l’Avent !

Chaque poche (ma mère a cousu un calendrier en tissu avec des poches) contient un papier plié en deux avec la Surprise de du jour. Il s’agit d’activités et de moments en famille, parfois qu’on a déjà fait par le passé, mais qu’ils aiment bien.

Adventkalender andrea

Fini les calendriers avec des cadeaux, ou des chocolats !

Comme j’ai écumé le Web à la recherche d’idées, je me suis dit que partager les nôtres aiderait peut-être des gens (voire moi-même l’an prochain).

Eugenio Zampighi A Happy Family

Voici les Surprises :

1 – Manger une papillote en chocolat
2 – On regarde 2 épisodes de dessins animés (chaque enfant en choisit un)
3 – Bon pour un câlin avec papa
4 – Ecrire une lettre au père Noël
5 – Faire un gâteau avec un parent de http://recettesapartager.fr
6- Choisir une histoire de ton choix (soit 2 histoires ce soir)
7 – Prendre un bain moussant ce soir
8 – Manger une glace
9 – Jouer à un jeu de société tous ensemble
10 – On va à la Tête d’Or (un parc lyonnais) y manger une barbapapa
11 – Fabriquer une décoration de sapin
12 – Ce soir, dîner aux chandelles
13 – On regarde 2 épisodes de Rosanna Pansino (chaîne Youtube de pâtisserie créative)
14 – On sort la pâte à modeler
15 – Tout le monde se déguise et on prend une photo
16 – DVD + pop-corn en famille
17 – Un temps solo avec un parent de son choix
18- Ecrire des cartes postales à Papy et Mamie
19 – Bon pour un câlin avec maman
20 – On chante des chansons et comptines
21 – Boire un chocolat chaud
22 – Choisir une histoire, qui sera lue avant le soir

Pour le moment, les Surprises ont du succès, il y en a quelques unes qui n’ont pas été réalisées, et cela tombe bien parce qu’on n’en avait pas 24 exactement. On a donc en attente : faire un gâteau avec un parent (pas eu le temps), jouer à un jeu de société en famille (on est sortis ce soir là à un Marché de Créateurs, et on a mangé des gaufres…, donc nous avons décidé que c’était un moment remplacé par la sortie), manger une barbe à papa (enfant malade, dur de sortir au parc).

Heiße Schokolade

J’attends la case 21 avec impatience…sachez le !

Dans chaque enfant il y a un artiste. Le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant.

Encore un billet pour le défi d’une année de bienveillance.
Le titre est une citation de Pablo Picasso : « Dans chaque enfant il y a un artiste. Le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant. »

Macaron

Ce billet participe au défi « Une année de bienveillance »

Le thème de ce que j’adore est à la fois simple et plutôt compliqué :

Ce que j’adore

Ce que j’adore dans quel domaine, au juste ?
Puisque c’est un blog de mère, parlons de ce que j’adore dans le fait d’être parent.

J’adore avoir des enfants qui ont des jolis prénoms qui me plaisent. Hé ouais, c’est trivial et pourtant…c’est agréable de prononcer leur prénom, choisi avec soin. J’essaie d’ailleurs de ne pas les appeler d’une façon hargneuse ou en colère par leur prénom, et de le prononcer au plus avec amour.

J’adore partir en « vacances de mère », quelques jours loin de toute responsabilité parentale, à faire ce qu’on se retient de faire quand on a charge d’âme.

J’adore les voir endormis quand ils ont l’air si confiants et détendus qu’on en voudrait encore et encore.
Sweet-dreams-dreaming-of-snow-white-and-the-seven-dwarves

J’adore reconnaître dans leurs traits des marques de leur héritage biologique : le sourire du papa, les fossettes de ma sœur, le nez de ma belle-sœur. J’ai l’impression de faire partie d’un ensemble. Et j’adore quand on me dit qu’ils me ressemblent, même si c’est pas évident voire faux !

J’adore les entendre rire. Surtout quand ils rient à mes blagues, ou aux blagues d’une histoire qu’on lit.

Felix Schlesinger Die Gute-Nacht-Geschichte

J’adore les entendre être sérieux et négocier leurs petites affaires, que ce soit durant les jeux ou pour se partager le goûter.

J’adore flâner dans les magasins de jouets ou parcourir les sites de jouets, sous prétexte que j’ai des enfants (alors qu’en réalité, j’en ferais tout autant sans eux, mais grâce à eux, la culpabilité s’envole).

J’adore les compliments. J’en reçois régulièrement des enfants, qui me trouvent belle, qui m’aiment.

J’adore (hé oui, la vanité) les gens qui n’ont pas d’enfant ou un enfant unique qui m’admirent parce que j’ai 3 enfants. C’est un petit rien, mais ça me rebooste.

J’adore leur coudre des fringues et que ça devienne leurs habits préférés. Et j’adore quand ils précisent à toute personne croisée que « c’est maman qui l’a fait ».

A woman sewing in a pleasant domestic interior, her baby sle Wellcome V0015073

J’adore découvrir leurs installations de jeux : par exemple, les peluches habillées en pyjama de poupée et enroulées dans des couvertures.

Et pour finir, j’adore leurs dessins, qui révèlent leur vision du monde et les choses qui sont importantes à leur yeux.

Ceci est ce que vous ignoriez : pourquoi je tweete ?

Pour une reprise du Défi « une année de bienveillance », je me retrouve avec un sujet assez complexe à traiter pour moi. Il s’agit de se dévoiler un peu à l’écrit.
J’avoue que je ne sais pas trop ce qui est possible de dire qui vous intéressera et qui ne me fera aucun tort. Dois-je parler de quelque chose que ceux qui lisent ce blog ignorent ? Ou de quelque chose que beaucoup de gens, même me connaissant en chair et en os ignorent ?

Attention : illustration NSFW ou no-safe-for-Facebook
Macaron

Ce billet participe au défi « Une année de bienveillance »

Alors, c’est parti pour une remontée dans l’histoire de mon avatar Mère Geek. Quelques personnes ici n’ignorent rien de ce que je vais raconter, je les embrasse bien fort !

Dazu Wheel of Reincarnation

Un relief de 8 mètres parmi les Sculptures rupestres de Dazu près de Chongqing en China. Il représente Mara, le Seigneur du Mort et des Désirs, éteignant la Roue des réincarnations.

Il y a 5 ans et quelques mois, je devenais mère pour la première fois. J’avais choisi d’allaiter, étant pourvu de seins grand format, c’était une évidence pour moi. Enfin, j’allais pouvoir utiliser mes seins ! En reprenant le boulot, j’ai décidé de continuer à allaiter. J’étais très bien documentée, bien qu’assez effrayée.
En pompant mon lait durant mes pauses réglementaires, je tweetais sur mon compte « pro » avec un autre pseudonyme, donc. Je mets « pro » entre guillemets parce qu’il l’est devenu en opposition à Mère Geek comme compte « perso ».

Breast pumping

Pomper son lait, toujours une corvée. Surtout au boulot.

Et je ne sais par quel biais, je découvris les Mamatwittas. Un peu comme les blogs de mères, il y avait toute une troupe de femmes, souvent mères de jeunes enfants et déjà blogueuses à la base qui s’étaient créé un petit réseau. Apparemment, je n’avais pas une bonne opinion des « blogs de mamans » en 2011 ([spoiler alert] je ne savais pas que la c’est la fatigue parentale qui allait me ramollir le cerveau) :

C’est donc au départ uniquement durant mes pauses allaitement du boulot que je tweetais sous le pseudo @mamangeek_ ! J’avais d’ailleurs annoncé cela sur mon compte « pro » et au départ, j’avais quelques collègues qui me suivaient. Je ne les avais pas forcé, oh non !

Abgepumpte MuttermilchEt puis, comme des informations vraiment importantes, je tweetais même les quantités que je tirais 🙂 Cela dit, cela pourrait rassurer nombre de nouvelles allaitantes qui stressent des quantités tirées.

 

Après des réflexions, notamment avec Madame Sioux sur le fait que « maman » était réservé à des enfants qui appellent leur mère, je changeais mon pseudo en @meregeek_ puis pour plus de simplicité, j’abandonnai, je ne sais plus quand exactement, le underscore final.

Twitter a pris de plus en plus d’ampleur dans ma vie, me permettant de rencontrer des parents dans mon coin, et si, au départ, j’ai longtemps résisté à créer mon propre blog de mère, j’ai fini par mendier d’héberger mes articles sur un blog. Au départ, @shariffarishta m’a proposé de m’héberger, et je l’en remercie. Elle a été si accueillante et d’un tel soutien !
Je ne sais plus pour quelle raison non plus  au juste, sûrement une raison de timing, j’ai fini par rencontrer Lily2B, et nous avons monté un blog à deux voix (enfin, je me suis incrustée chez elle pour raconter ma vie), nommé Douces Amères. De temps à autre, je relis d’anciens tweets et j’en efface certains, quand je ne suis plus en accord avec moi-même.
Et puis, après je ne sais plus quelle idée, j’ai fini par vouloir m’exprimer sans impliquer ma cops corse et j’ai fini par déclencher ce blog, peut-être sur le féminisme ?

Ma véritable force

Cela fait un petit moment que j’ai décroché du défi de bienveillance d’Agoaye. J’ai quand même envie de m’y remettre parce que le propre de ce défi est de se faire du bien.
Je ne tenterais pas forcément de refaire les billets des semaines que j’ai loupées parce que la bienveillance, pour moi, c’est aussi s’autoriser à rater.

Floating Mountains 001

Alien landscapes inspired by the movie Avatar. Floating Mountains of Pandora
By Andoni Merlin [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)%5D

Je publie donc en retard mon billet de dimanche dernier, sur le sujet imposé et large de « Ma véritable force ».

Macaron

Ce billet participe au défi « Une année de bienveillance »

Le sujet m’a paru insurmontable. Je ne décèle aucune force particulière qui soit ma véritable et première, voire unique, force en moi. Alors en tant que mère, mes forces sont plutôt sur la facilité à inventer et imaginer des histoires et des explications poétiques pour les enfants.

J’avais lu, une façon de répondre aux enfants, qui impliquait de proposer deux réponses : la réponse du Poète et la réponse du Savant. J’aime beaucoup cette approche qui permet de parler de sujets graves ou complexes, comme la mort, l’existence de Dieu, et aussi les sujets scientifiques comme l’orage, le vent ou la reproduction sexuée.

Il y a deux réponses à cette question, comme à toutes les questions… Celle du Savant et celle du Poète.

Couverture du livre "Le Pacte des Marchombres, t.1", P. BotteroCela vient d’un livre de Pierre Bottero, auteur de fantasy, notamment au rayon Jeunesse. Cette façon de répondre vient du roman Le Pacte des MarchOmbres, Tome 1 : Ellana

 

Je pourrais donc résumer que ma véritable force est mon imagination, qui engendre une grande créativité et une possibilité de penser « outside the box ». Malheureusement, cette capacité est souvent entravée par la fatigue, le stress et le conditionnement social inhérent à la parentalité.

 

Prendre un cours

J’ai loupé 2 semaines, non 3 semaines du Défi d’Agoaye mais dans un sursaut de volonté, je tente de raccrocher les wagons. Ne respectant aucune règle, je vais donc publier le billet de la semaine #12 que j’aurais dû publier hier (dimanche), mais comme il y a un jour férié, c’est encore le week-end, ouf !

Macaron

Ce billet participe au défi « Une année de bienveillance »

Pour une fois, c’est le défi qui m’a intéressée, il s’intitule « Prendre un cours » et est en rapport avec la créativité. Il y a 2 parties :

  1. Faire une liste de tout ce qu’on aimerait apprendre cette année.
  2. Prendre un cours sur le sujet.

J’ai une passion pour le Savoir, j’aimerais apprendre tellement de choses.

edit : suite à la sortie raciste de la ministre Mme Rossignol, je supprime toute référence aux Lumières.

Tout ce que j’aimerais apprendre cette année

(extrait de ma liste)

Je ne poste qu’un extrait, parce que la liste est en fait pas limitée à une année, mais s’étend à quasiment à toute ma vie. Je ne souhaite affoler personne.

French Macaron

  • Faire des macarons
    Depuis que j’ai fait une phase de quelques semaines à cuisiner plein de gâteaux, j’entrevois les macarons comme étant à ma portée. Autant j’ai déjà fait un framboisier, autant je me sens capable de faire un opéra (la pâtisserie) autant les macarons me semblent complexes, va comprendre…
  • Faire de la guimauve
    Handmade Marshmallows by FatMatt (4774326832)
    Il me manque un thermomètre de cuisine, principalement. Mais ce n’est vraiment pas dans les dépenses prioritaires, alors je reporte depuis quelques années ce projet. Je regarde cette vidéo de cuisine de temps à autre pour me motiver.
  • Rudiments d’islandais
    Un des voyages prévus de longue date mais jamais réalisé est d’aller en Islande. Je n’imagine pas visiter un pays sans apprendre les rudiments de la langue (les mots de politesse, les chiffres, mais aussi comment on parle du futur, par exemple). Si ça peut vous rassurer, ou vous inquiéter, c’est la même chose avec tous les pays que j’aimerais visiter un jour !
  • Réparer mon vélo
    Ironie, la mécanique d’un vélo est plutôt simple mais…comme Papa Geek est un super mécano, je lui demande d’entretenir mon vélo. Du coup, je n’apprends rien et je ne progresse pas. J’attends un atelier réservé aux femmes pour y aller.
  • Peindre à l’aquarelle
    Depuis des années, je dessine, je peins sans aucun complexe. Seule l’aquarelle m’a toujours parue hyper difficile. Et grâce à ce défi, je me suis dit que pourquoi pas tenter. J’ai des vieilles boîtes d’aquarelle héritées de mon grand-père, si ça se trouve c’est « périmé », mais je ne peux pas me plaindre de n’être pas équipée…

Prendre un cours

Bike repair in the street
Pour le moment, je repousse un peu la partie prendre un cours. Bien entendu, j’ai peur. Mais ce qui me fait remettre à plus tard, c’est surtout mon quotidien trépidant, ma vie de famille usante, et mon emploi du temps déjà assez serré.

Simplement, grâce à ce défi, je sais que je vais vraiment planifier des apprentissages concrets. Autant les cours de cuisine, ce sera surtout d’après des blogs, autant le vélo ou l’aquarelle, je sauterais sur l’occasion si j’en entends parler, voire je suggérerais ça comme cadeau d’anniversaire. (Une année j’avais demandé un cours de couture, et j’y avais appris à poser des fermetures éclair.)

Mes doigts de fée

Mes doigts de fée me font penser que je fais des loisirs créatifs depuis longtemps. Et surtout, je pense au hashtag d’Aveole #366jourscreatifs

Macaron

Ce billet participe au défi « Une année de bienveillance »

edit : je vais finir ce billet 🙂

Depuis que je suis môme, j’ai été incitée à créer. Que ce soit des dessins, de la peinture, des petits cartonnages ou plus tard de la couture, le fait-main a toujours été valorisé chez moi. Récemment, je me suis mise à faire plein de gâteaux. Une envie de douceur, un besoin de réconfort sucré et l’envie de régaler ma famille, je ne saurais dire. Toujours est-il que j’ai beaucoup cuisiné, et beaucoup appris.

Depuis longtemps, je couds et je bricole. J’essaie aussi de faire faire des bricoles aux enfants. Par exemple, en février, nous avons décoré des couronnes pour la galette des rois. Ou encore, j’ai fait des croque-monsieur avec mon fils de 5 ans, des cerfs à partir de saucisses (type knacks) avec ma fille de 3 ans. Le mieux, c’est encore de partager !

Ce qui me rend amoureuse

amoureux-600x114

Pour cette semaine numéro 7, le thème de l’écrit du défi d’Agoaye m’a turlupinée. Ce qui me rend amoureuse ? Est-ce que je saurais le définir ? N’est-ce pas sensé être magique ? Ou alors hormonal ? Est-ce que j’aurais envie de l’écrire sur ce blog ?

icone cœur rouge

Macaron

Ce billet participe au défi « Une année de bienveillance »

Et puis, je me suis dit que j’aimais lire ce genre de billet, que le défi était axé sur la bienveillance, donc que mes lectrices et lecteurs seraient bienveillants. J’ai réfléchi seule, j’ai réfléchi avec l’aide de Papa Geek, à ce qui me rendait amoureuse de quelqu’un plutôt que quelqu’autre. Et voilà que je me lance dans les confidences sur l’amour sur ce blog. Attention, billet guimauve à prévoir.

Déjà, le sentiment d’être amoureuse, je le connais depuis longtemps. Mes premiers souvenirs d’avoir été amoureuse remontent à l’école maternelle, tout de même (on a entre 3 et 5 ans, pour ceux qui n suivent pas). Ce sentiment est si fort que je m’en souviens vraiment ; ce n’est pas quelqu’un qui me l’a raconté, parce que personne ne sait que j’attendais la récréation pour voir ce gamin plus grand ! (Ah, je crois que je suis hétéro depuis bien longtemps).
Par la suite, j’ai souvent été en collectivité (colonies de vacances, par exemple), et j’ai d’ailleurs souvent été amoureuse , même sans en attendre de retour, ou de concrétisation particulière. J’essayais juste d’être le plus possible au contact de la personne qui m’attirait. En fait, croyez le ou non, j’étais extrêmement timide et assez gringalette, on ne me remarquait pas.En passant en revue ceux qui étaient ressortis du groupe à mes yeux, enfant, adolescente et adulte, je discerne quelques constantes.

 Ce qui est presque sûr dans mon « type » d’hommes préférés, j’aime les grands. Je suis aussi tombée sous le charme d’hommes de taille moyenne, mais je préfère les grands. Oui, le physique compte pour moi ! Plus que des traits physiologiques précis ou des couleurs particulières, j’ai remarqué que certaines parties du corps très belles chez un homme pouvaient m’attirer vers la personne, comme exemple, des belles mains, des beaux cheveux, ou des belles cuisses musclées. (J’avoue que j’hésite à poster des photos d’hommes nus pour illustrer mon propos, mais bon, nous ne sommes pas sur Twitter, n’est-ce pas ?)

Apollon, statue, parc du chateau de Versailles

J’aime les beaux mecs, que voulez-vous ?

  J’ai aussi un élan envers les geeks depuis longtemps. Des gens qui sont passionnés par d’obscurs sujets, accessibles après avoir un peu plongé dedans. Cela permet de partager une culture commune, d’ailleurs de se plonger dans un sujet ensemble, ou d’y être initiée. Les personnes qui m’attirent partagent mon amour de la connaissance, le fait de vouloir en savoir plus, de ne pas en rester là.

Jusqu’ici, ce sont les simples choses qui m’attirent chez quelqu’un, qu’il devienne un ami ou qu’on ne se côtoie que momentanément.  Mais ce qui me fera tomber vraiment amoureuse contient deux essentiels :

Celui dont je tombe amoureuse, c’est quelqu’un qui a de l’humour, et qui apprécie mon humour. J’ai besoin de répondant, de résistance, le tout en rigolant. Un pisse-froid, un sérieux, quelqu’un qui prend tout au premier degré, qui manque de cette subtilité qu’est la capacité à rire de lui-même ou de situations, c’est impossible qu’il m’attire.

Bust of Zeus in the British Museum

Portrait exclusif de Papa Geek

  Et ce qui me fait vibrer, l’ultime chose qui me fait tomber amoureuse, c’est une fragilité, une certaine douceur. Cela va des traits du visage très doux, d’une beauté classique grecque, à une attitude. En fait, j’assimile cela à de la gentillesse, celle qui vient du cœur. Mon petit cœur bienveillant fait que j’ai envie de prendre soin de cette personne, de l’entourer de mon amour.

Par exemple, Papa Geek est grand, musclé des cuisses (vive le vélo), avec des beaux cheveux, un visage aux traits classiques (navrée, il est déjà occupé par notre petite famille, faudra prendre un ticket pour l’avoir quelques minutes pour vous 😉 ). Sa force physique et son gabarit de demi-dieu n’empêchent pas qu’il est bien plus doux que moi et également bien plus patient. Et c’est trait de caractère qui m’a vraiment engourdi le cerveau et fait palpiter quand on s’est rencontrés.

 

Le swap du Nouvel An 2016

Cette année, pour la deuxième fois de ma vie, j’ai participé à un swap. Pour les incultes, il s’agit d’un échange de cadeaux entre personnes consentantes, le + souvent via colis postal et tiré au hasard. En ce début d’année, La Farfa a décidé d’organiser — elle devait avoir une heure de libre la nuit – un swap du Nouvel An, avec pour thème général « Retour en enfance » pour des cadeaux doux.

paquet-mysterieux

Les consignes étaient d’offrir pas plus de 5 cadeaux pour pas plus de 15 euros, et au moins un cadeau fait-main. Pour orienter les participantes, chacune a répondu à un questionnaire sur ses goûts et ses rêves d’enfant. La Farfa a géré le tirage au sort, et nous devions toutes envoyer et recevoir un colis, pas à et de la même personne.

Mûe par un élan de volonté et créativité, j’ai choisi de réaliser au maximum des cadeaux fait-maison, voici une photo de ce que j’ai envoyé :

12357498_482298921958954_1121576061_n

Des carnets personnalisés, des chocolats moulés et des sachets de thé fabriqués à la main, accompagnaient un paquet de pop-corn micro-ondable et un stylo effaçable.

Et après beaucoup de péripéties et suspense, j’ai fini par recevoir mon colis. Le paquet m’attendait au bureau de poste, sans que j’en aie été avertie de quelcconque manière. Très pratique pour que votre destinataire aie accès à sa surprise, n’est-ce pas ?
Cela m’énerve. De plus, je suis en congé maternité et présente à mon domicile en journée…donc je réponds aux coups de sonnette. J’avais de quoi être inquiète quand je voyais mes co-participantes recevoir des merveilleux présents et que ma boîte restait vide. (J’exagère, car ayant eu récemment un bébé, je continue à recevoir des jolis cadeaux, encore maintenant.)

Ma partenaire de swap a eu pitié de mon attente et s’est dévoilée. Cela lui a permis de me transmettre le numéro de Colissimo, afin que la personne à la Poste retrouve mon paquet, qui m’attendait. Ouf !

A peine j’ai ouvert mon paquet que…j’ai vu des bonbons 🙂 YES !

bonbecs

Voici ce que j’ai reçu en détaillé.

Un mug garni, décoré à la main

D’un motif qui rappelle le fond du ciel ou de la mer, dans ma couleur préférée

mug-fait-main

Le mug du fond de la mer

Et il était rempli de bonbons. Autant te dire que je n’achète jamais de bonbons, car je ne sais pas y résister. A  quelques occasions, j’en fais du stock quand même et aux anniversaires, des enfants comme des parents, je ne me contrôle pas, et j’en mange plein.

bonboooons

Des floppys bleus ? Je ne savais même pas que ça existait.

Une carte en dentelle de poissons

Une carte manuscrite avec un petit mot de sympathie ❤

Je l’ai même mise tout de suite, après l’avoir lue, sur une étagère en hauteur pour la voir tous les jours, sans que les enfants ne puissent y toucher. Les parties foncées sont en réalité découpées. Et il y a des parties argentées qui brillent.

la-carte

Un livre de chick-litt

J’aime lire. Depuis que je sais lire jusque maintenant, les livres m’ont toujours fait du bien, me permettant de m’évader.

Alors, je dois l’avouer, parce que je l’ai avoué en remplissant mon questionnaire de swap, je lis de tout ou presque, et de la chick-litt. Bien entendu, quelques styles de roman ou les recueils de poésie n’ont pas d’attrait pour moi.

Et dans le questionnaire, j’avouais lire de la chick-litt, des livres « pour bonne femme ». Je les lis en général en VO, donc en anglais pour la plupart, c’est ma caution intello à lire ce genre. Ces livres me font du bien car ils sont roses et à paillettes : l’histoire se finit bien, le personnage principal est crédible et en même temps fait pour s’y identifier, avec ses failles. Par exemple, Laura Weisenberg, auteur de « Le Diable s’habille en Prada » a fait un autre roman sur le monde de la communication.

Sophie Kinsella qui écrit la série de romans l’Accro du Shopping a toujours le don pour des rebondissements incroyables et je sens que je ne vais pas m’ennuyer.

le-livre

Sophie Kinsella, « Remember me ? »

 

Et aussi du YogiTea

Du Rooibos, infusion de plantes avc de la cannelle, ça va bien me réchauffer. Et de la Joie de Vivre.Le YogiTea est un marque qui fait des infusions à partir de plantes et thés, qui verse dans le spirituel. Sur chaque paquet, vous avez la description d’une position de yoga. Et puis, avouez que les paquets sont joliment décorés. Et chaque sachet est porteur d’un message, un peu comme les fortune cookies, mais en mieux parce que ça se boit.

HA ! Avouez que vous aimeriez qu’on vous offre de la Joie de Vivre, vous aussi !

rooibos

joie-de-vivre

Et du vernis qui brille

Et puis un vernis bleu à paillettes, qui brille de mille feux. Mes enfants me jalousent, faut le savoir, ils ont hâte de pouvoir l’essayer — quand ils seront au moins à l’école élémentaire pour essayer, faudrait pas qu’ils fantasment trop… Il est superbe et me donne la pêche à le regarder ! (Oui je l’ai immédiatement essayé, bien sûr. Il a des paillettes !)

vernis-a-paillettes

Bref, tout ça était vraiment enthousiasmant, joli, ça me fait chaud au cœur d’avoir reçu tout cela.

ensemble

Et zou, une photo de tout ensemble !

Je trouve que ma partenaire de swap a bien assuré. J’adore toutes mes petites attentions, et je vous donnerai des nouvelles du roman, si ça vous intéresse.

Merci à ma sorcière verte préféré !