Si on chantait ?

Le thème de cette semaine m’a rappelé la liste des « Plus Belles Chansons du Monde » de Walter Proof. Il s’agit de chansons dont il parle dans son podcast le WapX. Et régulièrement, Walter Proof évoque une chanson comme étant « La plus belle chanson du monde », il présente des reprises et interprétations de la chanson.

Macaron

Ce billet participe au défi « Une année de bienveillance » (semaine 9)

Les chansons sont liées pour moi à deux situations : les trajets en voiture et l’adolescence.

Quand j’étais enfant, mes parents écoutaient toujours de la musique en voiture. Ensuite, j’ai eu mon Mini-K7 Fischer Price et je pouvais moi aussi mettre de la musique. J’étais ravie de chanter sur mes K7 et de contrôler la musique, surtout.

WTW Barrflies WTW 13 Craig Barr 026

couverture du Diapason Rouge

Le célèbre Diapason Rouge

J’ai passé mon adolescence à faire du scoutisme. C’était extra !
C’était aussi un lieu et un moment où j’ai appris plein de chansons. Il y avait les chansons traditionnelles sur l’amitié, l’entraide et la solidarité. Il y avait les chansons qui aident à marcher en randonnée, qui aident à soutenir l’effort dans les chantiers de construction ou de nettoyage. Il y avait les chansons qui aident à se calmer pour s’endormir. Il y avait les chansons qu’on s’apprenait mutuellement, qu’on s’échangeait, comme des cadeaux, lors de rencontres avec d’autres groupes. J’en ai gardé un carnet de chant papier, dont je sais tout chanter, parfois je le ressors et chaque page m’évoque des souvenirs.

Au collège, en même temps, c’était l’essor du grunge avec Nirvana, puis de la pop avec Oasis et Blur. Skyrock était une radio…rock puis est devenue rap, Fun Radio était une radio rock aussi. On écoutait les chansons à la radio, on se faisait des compilations en K7, et on cherchait à traduire les paroles et à les apprendre par cœur. Il y avait aussi les chansons spéciales Boum, rythmées ou douces (pour les slow).

The Cookies 1962

Au lycée, puis à la fac, les chansons servaient pendant le temps des devoirs. Pour se concentrer et rédiger (ou programmer) les dossiers à rendre. J’ai souvenir de longues soirées et morceaux de nuit passées en musique.

Singin' in the Rain trailer

Et maintenant, j’utilise les chansons le matin, pour activer les enfants à se préparer et leur donner des repères temporels. J’en écoute également en travaillant pour rythmer ma journée, et je remercie Grooveshark (service fermé, maintenant) pour toutes les découvertes que j’y ai faites. Lire la suite

Publicités

On choisit ses amis, pas sa famille

Ce matin, je lis cela :

@la_farfa Je réalise qu’en fait, le soutien ds nos décisions, on le trouve plutôt chez nos amis que ds la famille… #pouicpouicpouic

Du coup, je me dis que, oui, effectivement, la famille nous assigne un rôle et c’est difficile de sortir de ce rôle. Quand on lit les bouquins de pégagogie, ou de psychologie sur la famille, l’éducation ou le couple, on retrouve cette notion de rôle.
Alex friends

Les amis nous rencontrent à une période de notre vie, certains sont amis d’enfance, et pour les autres, ils nous rencontrent alors qu’on est déjà dans un rôle, dans une représentation de nous. Du coup, ils se font une image différente de notre famille qui a projeté depuis notre naissance des attentes.

Famille Lallier

Pour les amis d’enfance, la construction de notre personnage, ils la connaissent bien. Ils savent, par exemple, que nous n’aimons pas les bars avec de la musique parce que le bruit nous empêche de converser agréablement et qu’on n’aime pas voir les conversations nous échapper. (C’est un exemple et pas mon cas.)

Bref, je comprends bien que les amis peuvent, dans de nombreux cas, être un meilleur soutien que notre famille. C’est une question de bienveillance.