Les 7 étapes du pardon

Cette semaine, je pardonne.

Parmi les défauts et qualités que je m’attribue, je ne me définirais pas du tout comme rancunière. Et pourtant, je m’aperçois que j’ai beaucoup à pardonner. Selon le site Psychologies.com, il y a 7 étapes dans le pardon :

  1. Décider de ne plus souffrir
  2. Reconnaître que la faute existe
  3. Exprimer sa colère
  4. Cesser de se sentir coupable
  5. Comprendre celui qui nous a blessé
  6. Prendre son temps
  7. Redevenir acteur de sa vie
macaron-2017

Ce billet fait partie du défi « Cette année, je… »

Dans la première étape, on me propose de « prendre du champ et à mettre de la distance entre soi et le responsable de sa douleur. » Cette partie est totalement maîtrisée pour moi.

Giloh Highway in Yom Kippur (6222571983)

Autoroute vide à Tel Aviv, le jour du grand pardon (Yom Kippour)

Plus loin, il est écrit que « agressivité, colère, voire haine sont utiles dans un premier temps. Elles sont signe de bonne santé psychique, signe que la victime n’est pas dans le déni et ne porte pas la faute de l’agresseur sur elle. » Cette partie aussi est totalement maîtrisée. Bien que je préfère souvent faire silence.

Ensuite, en revanche, je n’y suis pas du tout. Sortir de la litanie « j’aurais dû faire différemment« , pour aller me mettre à la place de la personne qui m’a fait du mal et comprendre ses motivations. La suite de l’article me conseille néanmoins de prendre mon temps. Alors je le prends. Et si ce sont des années qui passent ?

Comment savoir si nous avons vraiment pardonné ? Lorsque nous ne ressentons plus ni colère ni rancœur à l’encontre de celui qui nous a fait souffrir. Eh bien, je n’y suis pas encore. Clairement, c’est là que je finis par penser que je suis rancunière.

Dent de la Rancune with alpinists

La Dent de la Rancune dans la vallée de Chaudefour (Puy-de-Dôme) avec des alpinistes.

De mon temps, dans la RAF…

Qu’est-ce qu’on peut bien honorer hormis ses promesses ?

Voilà que je fais une recherche. « Tenir en grande estime », « accorder une grâce » ou encore « faire honneur à » sont les sens du verbe honorer.

Rosa-honor

Rosa ‘Honor’ in the Inez Grant Parker Memorial Rose Garden, Balboa Park, San Diego, California, USA.

Le titre provient d’une réplique du film « Chicken Run » dans lequel un vieux coq la prononce. Le mot honorer m’ayant rappelé cette formule « Force et honneur », qui est aussi une réplique de film devenue culte (Gladiator, voir la vidéo ci dessous).

macaron-2017

Ce billet fait partie du défi « Cette année, je… »

Du coup, j’ai repensé à ce fabuleux personnage de coq dans Chicken Run qui se vante de son passé dans la Royal Air Force (RAF) à longueur de temps.

L’honneur et honorer est une valeur pour moi, qui appartient au monde militaire, au monde de la hiérarchie où on place des choses au dessus d’autres. Cela ne me convient pas vraiment comme verbe. Voici néanmoins un court paragraphe sur ce que j’honorerai.

Cette année, j’honorerai mes engagements.

Il faut préciser que je mets un point d’honneur à honorer mes engagements depuis que je suis adolescente. J’ai souhaité devenir quelqu’un de fiable. Si j’ai accepté d’aider, d’être présente, d’apporter un objet, de transmettre une information, je le fais, même si c’est au détriment de mes nuits. J’honore par exemple l’engagement que j’ai fait à participer à ce défi « Cette année, je… » (voir le macaron sur la droite).

Comme c’est arrivé plusieurs fois que je m’épuise, j’ai fini par réduire mes engagements de façon à tous les honorer. C’est difficile d’accepter de renoncer, d’être remplacée par quelqu’un d’autre parce qu’on ne peut pas. J’espère que j’ai fait les choix qui me correspondaient.

Poètes, vos papiers !

Il va falloir que cette semaine, je m’attelle à rédiger quelque chose…voilà ce que je pense en commençant le billet.(Le titre du billet est un titre de Léo Ferré.)
Oh, j’aimerais rédiger des lettres d’amour, des missives d’amitié, des chapitres de romans, des poèmes. Malheureusement, je pense que cela se limitera à rédiger mon billet de la semaine, ainsi que des e-mails pour le boulot, et quelques messages personnels.

Eugène Grasset-Encre L Marquet

Je crois que je vais devoir rédiger les menus de la semaine, sauf si Papa Geek le fait à ma place, ainsi qu’un planning des TIC (tâches d’intérêt collectif) pour inclure tout le monde dans les tâches ménagères. Cela sera plutôt un travail d’assemblage d’informations et de restitution qu’une rédaction.

Jamais l’écrit n’a été mon point fort. J’aime lire, j’adore lire, mais écrire est une autre paire de manches. C’est difficile, les mots sont plein de sens différents et leur assemblage est complexe. Un brave homme n’est pas nécessairement un homme brave, et un livre sacré pas forcément un sacré livre ! Alors j’admire celleux qui savent manier les mots, qui déclenchent des émotions, me font pleurer, savent agencer une histoire du début à la fin, en dosant les constituants, qui développent des personnages, celleux qui me donnent l’impression qu’on me parle comme si j’étais une amie, qui me rassurent. Bref, c’est une sorte de magie pour moi.

Maintenant, je rédige des billets de blog à l’avance. Grâce au défis d’Agoaye, autant celui de l’an dernier que celui de cette année, je me retrouve avec des choses à dire. Je ne pensais vraiment pas avoir un regard original sur le monde, et excusez moi, la fable des flocons de neige uniques, je n’y crois pas vraiment.

Vous n’êtes pas exceptionnels. Vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique. Vous êtes faits de la même substance organique pourrissante que tout le reste. Nous sommes la merde de ce monde, prête à servir à tout.

  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls
macaron-2017

Ce billet fait partie du défi « Cette année, je… »

Quand je lis des blogs de mères, chacune semble démunie tout autant. Les billets se ressemblent, ce qui m’attriste car je confonds parfois certains articles que j’ai lus. Bon, j’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien, l’âge et la fatigue.
De ce constat, j’en ai surtout tiré la conclusion que ma voix ne ferait que s’ajouter aux autres formant un fleuve qui va dans la même direction de la mer des mères. Pourquoi alors rédigerai-je un énième avis sur l’accouchement, l’allaitement, l’accès aux écrans ou je ne sais quelle autre sujet en rapport avec la maternité ? Je l’ai quand même fait, je ne me suis pas trop privée, faut dire. Au bout d’un moment, j’ai été découragée.
Pourtant, quand les billets se font plus personnels, plus engagés, même s’ils sont moins lisses, moins fignolés, cela me touche plus et je finis par visiter et re-visiter le blog. C’est même ce que je finis par rechercher sur un blog, la catégorie « Perso ».
Cela me motive donc à rédiger un peu plus de billets en y mettant plus de moi dedans, car des billets bancaux, mal finis, je peux y arriver. Si cela n’intéresse pas, tant pis, au moins, j’aurais essayé !

Je la vois garnir sa robe de plaisirs, avec un rouleau de pâte d’abricot

Cette année, je cuisine. Cette fois, je précise l’année parce que la semaine seulement, ça va faire court.

macaron-2017

Ce billet fait partie du défi « Cette année, je… »

Dans ce que j’aimerais cuisiner dans l’année à venir, voilà ce qui me tente là, maintenant. Pour moi, cuisiner, c’est jouer au petit chimiste, expérimenter, découvrir, apprendre, et bien sûr…me régaler !

J’ai passé une bonne partie de mon congé maternité avec Bébé Geek à pâtisser. J’ai énormément progressé. Il se trouve que j’ai maintenant un panel de recettes éprouvées, qui vont du « truc qui se mange avec les doigts » au « dessert pour fête spéciale mais sans gluten » dans mes tablettes. J’ai tout de même envie de rajouter des cordes à mon arc. Surtout au niveau des goûters des enfants, faire des biscuits me plaît bien.

Mes principaux freins sont le manque de préparation : il faut du temps disponible sans interruption, pour essayer des nouvelles choses, et également, les bons ingrédients !
J’ai hésité un peu avec les Micro-ondes de Chanson Plus Bifluorée dont j’apprécie l’humour, et  la chanson du cake d’amour de Peau d’Âne, pour finir, le titre de mon billet, très classique, fait partie des paroles de la chanson « Dame Tartine ».

De la guimauve


Pour réaliser de la guimauve, il faut chauffer en contrôlant la température. Evidemment, je ne possède pas (encore) de thermomètre de cuisine. Il faut également du sirop de glucose, et cet ingrédient n’est pas disponible partout. Bref, il me faut un peu de temps et d’accessoires à acquérir avant de pouvoir en faire.

Des macarons


Tout le monde en a déjà fait, semble-t-il, en tous cas, c’était très populaire à un moment. J’ai toujours eu peur de les rater, vu comme c’est complexe. En fait, j’en ai fait une fois avec un kit, c’était pas mauvais mais sans le coté délicieux du macaron.

Des plats véganes

pc3a2tc3a9-en-croute-champignon-3

Pâté en croûte aux champignons, crédits: Sweetnessandmore

Par exemple, cette poutine végétalienne, qui promet d’être calorique et réconfortante, ou le pâté en croûte aux champignons, sans oublier la saucisse végétalienne briochée qui promettent des picnics délicieux sans cruauté animale. Cela a l’air fameux !

Evidemment ces plats nécessitent soit un tour de main inconnu, soit des ingrédients nouveaux. C’est ce qui m’a freinée jusqu’ici.

La cuisine du congél au four

no-bake-lasagna-for-the-freezer

Lasagne prête à être congelée, Crédits : New Leaf Wellness

L’idée est de préparer un plat sans le cuire qui se met au congélateur. Pour le consommer, on le cuit directement. Quel gain de temps merveilleux !

Les recettes trouvées sont américaines, il me faut convertir les quantités, vérifier s’il y a des ingrédients à remplacer, bref un peu de boulot avant de me régaler. Pour le moment, j’ai repéré ces lasagnes « no cook » to freeze et ces gaufres, qu’on cuit mais qui sont prêtes à être grillées au grille-pain ensuite, pour des petits déjeuners sereins.

Du brookie

Close up d'un gâteau brookie

Brookie en coupe, crédits : C’est Ma Fournée

Le brownie surmonté d’une couche de cookies : décadent et gras. J’ai croisé plusieurs recettes, de la plus américaine (faux chocolat) à la plus frenchie (des tonnes de beurre).

J’ai fini par opter pour une recette qui semblait équilibrée. Il me faut juste un peu de courage, et une occasion, car je ne vais pas y manger toute seule !

Des shokoladflarn maison

Biscuit haverflarn coupé en deux

Havreflarn de Bernard, Crédits : La cuisine de Bernard

Les biscuits Ikea, aux céréales caramélisées et collés par deux avec du chocolat, vous aimez ?

J’ai dégotté une recette de ces biscuits sur le blog de La Cuisine de Bernard. J’ai donc envie d’en faire. Comme pous le brookie, j’ai besoin de compères, sinon je vais tout manger toute seule…

Des Dinosaurus maison

img_7836web

à gauche, Dinosaurus ; à droite, Jurassique / crédits : La Super Supérette

La Super Supérette propose des copies revues et corrigées des biscuits du commerce. J’adore les Dinosaurus, alors il me faut essayer d’en faire moi-même. Je ne peux donc pas passer à côté des Jurassiques. Il ne me manque qu’un peu de courage, et de temps devant moi !

Des taloas

bidart_taloa

Bidart, fabrication de taloa au marché. Photo prise le 01/08/06 par Harrieta171

Crêpes du Pays Basque, qui jouen un peu le même role que les galettes dans les tacos, on les garnit de salé ou sucré, et on mange avec les doigts. A chaque fois, je pense que c’est une bonne idée, en plus, j’ai une recette de ma meilleure amie à tester, et puis, j’oublie…

Ambitieuse, sûrement et incomplète !

Cette liste est un extrait des mes favoris de recettes enregistrées. Je possède par exemple, un exemplaire du livre « Cuisin’situ » de cuisine de camping autour du monde (voyez un billet sur ce livre), et je compte tester les recettes au chaud chez moi, avant de partir !

C’est quand même des projets concrets, qui prennent parfois du temps et promettent aussi des bons moments. Il ne tient qu’à moi de définir quand tester ces nouvelles recettes sur l’année à venir. J’ai déjà calé un dimanche de cuisine, où je vais sûrement tester des nouveautés, avec ou sans enfants dans les pattes.

Rappelons que je compte aussi refaire les recettes qui sont déjà validées, donc je ne vais pas chômer en cuisine. Surtout que la liste proposée ici comporte beaucoup de sucré, et que j’aime également le salé !

Emmène moi au delà des frontières

Reprise de l’écriture, allez hop ! (Le titre est tiré de la chanson de la vidéo, sauras-tu écouter en entier la chanson ?)

L’an dernier, j’ai rapidement abandonné en mai, le défi d’Agoaye. Cette année, je décide que j’irai plus loin ! Je décide, déjà, de participer au nouveau défi d’écriture d’Agoaye. Là, j’ai regardé le thème, réfléchi, et maintenant, voici le texte.

s01

macaron-2017

Ce billet fait partie du défi « Cette année, je… »

Cette semaine, je décide d’arrêter de m’emmerder avec certaines limites que je me pose moi-même.

Et je demande de l’aide !
Je suis spécialiste de m’empoisonner le cerveau, de me poser seule des contraintes. Des personnes gentilles de mon entourage me passent des messages, via des livres, via des réponses, via des commentaires de blog sur comment ils voient la situation et comment une solution serait possible. Ma réaction à ces messages est en général la protestation véhémente que « c’est pas possible » de faire comme on me propose. Evidemment, par la suite, je réfléchis un peu, je constate qu’on voulait juste m’aider, que les conseils étaient en regard de la situation exposée. Et même, il arrive souvent que j’applique les conseils qu’on m’avait prodigués.
Rien que d’écrire cela m’enlève un poids de la conscience. C’est une sorte d’aveu pour moi.

J’ai, par exemple, commandé un agenda pour 2017, que j’ai payé plutôt cher, c’était un crowdfunding. Et au final, il ne me convient pas. Je ne vais pas me forcer à l’utiliser, et j’en ai acheté un autre. Auparavant, je me serais dit que c’était pas possible d’être aussi idiote, et je me serais forcée à l’utiliser.

Pour expliquer sur un exemple plus…impactants, j’essaie de parler de ce que je ressens à mon conjoint, plutôt que bouder dans mon coin. Et c’est un changement, et cela fonctionne mieux. Etonnant, non ? (Parfois, je chauffe l’eau aussi, pour le thé, et cela fonctionne mieux.)

Une décision que j’ai prise aussi a été de mettre en branle un voyage. Depuis longtemps, Papa Geek rêve d’un voyage à une destination particulière. Il veut visiter ce pays en itinérance, d’une certaine manière. Je me suis donc toujours limitée de lui proposer de s’y rendre, car c’était, pour moi, à lui de proposer.
Et puis, j’ai brusqué une opportunité pour y aller. Et puis, Papa Geek me propose de faire garder nos enfants pour cette période et d’y aller que tous les deux. Les modalités du voyage sont décidées : on reste au même endroit, on y reste une petite semaine, et on y va tous les deux. Les modalités sont donc différentes, et je ne lui gâche pas son voyage rêvé.

J’ai également arrêté ma décision, nous allons prendre RV pour gérer la situation familiale avec Micropuce. J’en parle souvent sur Twitter, en gros, cette enfant a beaucoup d’énergie, et nous pompe beaucoup d’énergie. Il est temps de se faire aider.

En gros, j’essaie de penser autrement certaines solutions, ou situations pour trouver les solutions. Plutôt que de me limiter dans mes schémas habituels.
Cela peut paraître ridicule comme décision, et au final, cela l’est peut-être. Mais c’est un grand effort pour moi !

08236124-photo-rise-of-the-tomb-raider.jpg